top of page

L’alimentation d’un agneau nourri à l’herbe en hiver

L'hiver est maintenant derrière nous et vous vous demandez peut-être ce que mange un agneau nourri à l’herbe en hiver. Tout d’abord, en tant qu'éleveur passionné, j'utilise des méthodes de rotation de pâturage qui me permettent d'allonger la saison de pâturage et de limiter la dépendance aux fourrages récoltés. Regardons ensemble ce que mangent mes brebis pendant l'hiver.


Pendant l'hiver, lorsque les conditions météorologiques se détériorent et que la croissance de l'herbe ralentit, il peut être difficile de maintenir un pâturage adéquat pour les brebis. En utilisant des méthodes de rotation de pâturage, je parviens à allonger la saison de pâturage et à fournir une alimentation de qualité à mes moutons pendant cette période.




La rotation intensive des pâturages est une méthode de gestion du pâturage où les moutons sont régulièrement déplacés entre différentes parcelles de pâturage de manière planifiée et fréquente. Cela permet de maintenir une pression de pâturage adéquate, en évitant que les moutons ne restent trop longtemps sur une même parcelle, ce qui permet à la végétation de se régénérer et favorise une meilleure croissance des plantes. Cette méthode permet également de réduire la propagation des parasites et des maladies, en plus d'optimiser l'utilisation des ressources en pâturage, en évitant le surpâturage et en maximisant la production de fourrage de qualité pour les moutons. Cela permet de préserver la qualité de l'herbe jusqu’au mois de novembre. C’est à ce moment que les agneaux se dirigent vers l’abattoir, et que les brebis sont rentrées dans la bergerie pour laisser le temps au sol de bien geler et de se protéger par sa couverture enneigée. À ce moment, elles pourront ressortir à l’extérieur.




En procédant de cette façon, je réduis la quantité de foin nécessaire pour les nourrir. Cela a plusieurs avantages, notamment la réduction des coûts associés à l'achat de fourrages récoltés et la garantie d'une alimentation plus naturelle pour mes animaux. De plus, la récolte du foin nécessite de la machinerie dispendieuse, beaucoup de temps, en plus de consommer de grandes quantités d'énergies fossiles.


Une autre pratique que j'ai adoptée dans mon élevage est de ne pas donner de grains aux brebis, même pendant l'hiver. Les grains, tels que le maïs, le blé ou l'orge, sont souvent utilisés comme source d'énergie concentrée dans l'alimentation des animaux d'élevage. Pourtant, l’herbe est une ressource abondante et les pâturages de la région sont généralement sous-exploités.


Les brebis mangent donc seulement du foin durant l'hiver. Le foin est récolté en partie dans nos prairies et celles des voisins. Le foin n'est que la version séchée de la même herbe qu'elles consomment en été. Le foin est composé de graminées tels que le pâturin des prés, la fléole des prés, le dactyle pelotonné, le ray-grass et la fétuque élevée, ainsi que certaines légumineuses tels que la luzerne, la vesce et le trèfle.


Il est important de noter que les moutons sont des ruminants, ce qui signifie qu'ils sont adaptées à digérer les fibres végétales de l'herbe de manière efficace. Leur système digestif est conçu pour extraire les nutriments nécessaires à partir de la cellulose présente dans l'herbe, ce que les humains ne peuvent pas faire. Certaines brebis sont plus efficaces que d’autres pour convertir l’herbe en énergie et cette caractéristique sera transmise à leur descendance. Ce sont donc ces agneaux qui feront partie du troupeau et qui auront à leur tour des agneaux plus débrouillards et efficaces au pâturage.


En évitant de donner des grains aux brebis, je favorise la santé de mes animaux en les encourageant à se nourrir naturellement avec l'herbe disponible dans les pâturages. Cela contribue à la création d'un troupeau adapté à se nourrir principalement d'herbe et qui sont capables de bien se développer dans ces conditions.


J'espère que cet article vous a donné un aperçu clair de ce que mangent les brebis pendant l'hiver en utilisant des méthodes de rotation de pâturage pour limiter la dépendance aux fourrages récoltés et en évitant de donner des grains aux brebis. N'hésitez pas à me poser des questions supplémentaires ou à partager vos commentaires sur cette approche d'alimentation pour les brebis.



Merci de soutenir des pratiques d'élevage durables et respectueuses de la nature !

88 vues0 commentaire
bottom of page